Témoignages

Formation et représentations des stagiaires aux Serres Botaniques de Tourcoing – Annick C.

J’ai pris beaucoup de plaisir lors de l’improvisation et découvert que l’on pouvait s’amuser en apprenant. J’ai appris que le fait de conter ne s’improvise pas seulement, il faut être conscient que la trame et la structure du conte sont primordiaux pour être à l’aise. Merci, j’ai beaucoup appris sur moi et surtout j’ai passé un moment riche humainement.  Annick C

Formation à l’art du conte et représentations des stagiaires aux Serres Botaniques de Tourcoing – Samantha M.

Ce que j’ai appris, découvert : la confiance en soi, le dépassement de soi, technique de conte : mise en route, déroulement, finalité. Grâce aux ateliers, j’ai vraiment découvert une partie de moi qui m’était totalement inconnue. Merci de partager ce professionnalisme dans ta simplicité et ouverture d’esprit.  Samantha M

Formation à l’art du conte et représentation aux Serres Botaniques de Tourcoing – Isabelle S.

Je me suis amusée à créer des sons, à jouer avec mon corps de façon détendue. Je me suis découverte très à l’aise. Beaucoup de plaisir à inventer et me mettre en scène.  Merci beaucoup, vous m’avez permis de me libérer de certaines introversions. Isabelle S

Retour de spectateur :

Alia : Encore un grand merci pour ce voyage dans cette partie de l’Europe qu’on ne connaissait pas encore très bien. C’était féerique. Félicitations et à bientôt. 

Bernard : Encore merci pour ces moments sublimes passés à écouter, à se laisser bercer par une voix douce, mélodieuse, à se laisser emporter dans un monde merveilleux.. Le cadre de la Maladrerie se prêtait agréablement à cette expérience. Encore merci. 

Joëlle : Merci beaucoup pour ce bain de fraicheur. J’ai toujours raconté des histoires à mes enfants. Ma mère le faisait elle aussi. Je n’étais pas de votre niveau, je faisais ce que je pouvais. Votre physique, votre voix et votre gestuelle font que l’on est sous le charme et que l’on redevient un enfant. C’est ce que je suis redevenue dans cet endroit superbe qu’est la Maladrerie. 

Sandrine : J’espère que vous aurez le succès que vous méritez. Donner du rêve dans ce monde si compliqué, c’est super. J’espère aussi que j’aurai le plaisir de réécouter vos belles histoires. J’ai adoré celle de l’Australie. Je suis d’origine polonaise par mon père. Vous avez cette sensibilité slave qui me touche beaucoup. Bravo et merci encore à vous.

Ecole Maternelle Victor Hugo – Gentilly

Jules : merci de nous avoir ouvert l’oreille du cœur.

Senan : Merci pour tout ce que tu nous as appris. J’ai aimé l’histoire du tsar aux oreilles de bœuf, j’aimais bien la gym avec les pieds. Safwann : Merci de nous avoir raconté des histoires avec ta belle voix. J’ai aimé quand on mettait la couronne de roi sur nos têtes.

Léa : J’ai adoré tes histoires. J’ai adoré la gym. Ilan : Merci de nous avoir raconté toutes ces histoires, j’ai beaucoup appris. J’ai aimé quand on faisait la chasse aux animaux. J’ai aimé quand on racontait des histoires et qu’Anna nous regardait. Myriam : Merci de nous avoir raconté des histoires et d’avoir joué avec nous. Alexandre : J’ai envie qu’elle raconte à nouveau des histoires. Merci d’avoir raconté toutes ces histoires. Hanaël : Merci de nous avoir fait voyager dans plein de pays avec tes histoires. J’ai aimé l’histoire du tsar aux oreilles de bœuf, j’aimais bien la gym avec les pieds. L’institutrice, Véronique Bastide : Ces séances ont été pour les enfants et pour moi de vrais moments d’évasion. Les enfants ont pu librement s’exprimer et de fait souvent me surprendre. Chaque séance a eu son lot de créativité et d’expression. Le métier d’enseignant nous enferme parfois dans une obligation de résultats comme pour justifier notre travail. Grâce à ton discours, parfois déroutant, j’ai pu me libérer de cette contrainte et profiter pleinement de ces moments d’écoute, de création, d’expression…Merci.

Ecole Lavoisier – Wattrelos

Laurie Renard enseignante CLIS :

Je voudrais dire un immense merci à Anna qui a énormément apporté à mes élèves de CLIS. Ils ont pris un plaisir incroyable à l’écouter nous conter ses histoires, mais ils ont également pris véritablement confiance en eux lors de leur passage pour raconter leur propre histoire. Le fait de voir une conteuse en action, de sortir de l’écrit pour ne passer que par l’oralité, m’a apporté beaucoup pour mon enseignement à venir et sur mon approche du conte. Ce qui m’a le plus frappée est la place importante laissée au corps, les émotions dégagées par le corps. Mais Anna m’a également apporté beaucoup et je sais que je pourrai réinvestir tout ce que j’ai appris ou vu lors de nos entretiens. J’espère pouvoir à nouveau travailler avec Anna dans le cadre d’autres projets.

Maternelle Jules Verne de Roubaix

Rita Galand : J’ai beaucoup apprécié de pouvoir bénéficier de l’intervention d’Anna. L’ imagination des enfants permet, avec peu de moyens, de mettre en place des activités favorisant la prise de parole. Les enfants ont été très heureux de participer à cette belle aventure. Cette activité est enrichissante pour chaque enfant, quel que soit son niveau scolaire, qui peut, ainsi, participer selon ses capacités (prise de parole, bruitages).

J’ai été ravie de faire sa connaissance. J’admire sa façon de présenter ses contes. Avec beaucoup de talent et sans aucun artifice, elle nous fait rêver en racontant des histoires très originales. Sa gentillesse et sa bonne humeur sont toujours au rendez-vous. C’est un plaisir de travailler en sa compagnie.

Collège Emile Zola de Wattrelos

Mmes Debroucker et Nicq : Dans les deux heures de rencontre avec Anna, le travail en amont réalisé avec les élèves a permis un échange fructueux et dense. Elle a été très réceptive à ce qu’ils lui proposaient et elle-même leur a apporté beaucoup : prise de parole devant les autres, gestion de l’espace scénique, adresse au public. Anna a su gérer avec douceur et fermeté le groupe et son effervescence. Le lien avec la Bibliothèque Municipale de Wattrelos, notamment avec Mme Huygelier, a grandement facilité ce travail. Grande convivialité dans cet échange et beaucoup de réactivité. Donia R : J’ai adoré et j’ai appris que je pouvais me concentrer, je me suis découverte encore plus. J’ai ressenti que je pouvais être réaliste et pas tout le temps méchante.

Luciano C : J’ai ressenti de la joie, c’est bien d’improviser et de parler à vous, Anna, car vous donnez des conseils. Eulalie V : J’ai appris que je suis capable de me mettre dans la peau d’un animal. J’ai découvert que je pouvais parler de moi et me décrire. J’ai découvert que je pouvais parler en public sans montrer mon stress. Farès K : J’aime car on l’a fait tous ensemble en étant solidaire. Kenza B : J’ai ressenti beaucoup d’improvisation, du stress et du bonheur. J’ai envie de lui dire que c’est une très bonne conteuse avec beaucoup d’imagination, j’ai été heureuse de la connaître. Angelo D : Les astuces qu’elle nous a données étaient bien !

Témoignage du travail effectué avec Anna- mars 2017

Le cheminement parcouru auprès d’Anna Lazowski est comme l’élaboration d’une cartographie intérieure.

Les contes et les archétypes sont mes lampes de poche, les ressentis et intuitions ma boussole, la présence d’Anna et ses retours en séance se posent comme un objectif, une intention, comme une étoile qui guide. Je regarde mon sac à dos qui porte le passé, je me penche sur les ancêtres et leurs bagages à eux faits de croyances, de non-dits qui se révèlent évidents, d’héritages dont on réalise à quel point ils ont toujours, tellement été encombrants. Plus je sais, plus je vois, plus je m’oriente, moins c’est lourd.

Un retour vers le passé mais c’est en réalité une avancée. J’identifie le territoire, et chaque élément trouve sa place sur la carte. J’y fais figurer les marécages, les déserts, les belles montagnes à l’air pur, les réserves d’animaux sauvages, les vergers, les abris.

Au fur et à mesure du trajet, je m’étonne d’entendre la voix d’Anna en moi, en-dehors des séances. C’est une étape, ça ne dure pas. Car progressivement cette voix devient la mienne. Elle était là depuis toujours, simplement je ne m’étais pas aperçu de sa présence.

Et l’écouter est une capacité précieuse, qui une fois acquise, ne se perd pas. Car je sais désormais, identifier quand la trajectoire est juste, quand le choix est le bon, quand le compromis s’impose pour un apaisement intérieur. Quelque chose en moi a bougé, je me repère, je reconnais ce que je ressens, je refuse ce qui m’entrave. Du moins, chaque jour, j’essaie. J’essaie de tracer ma route avec le plus d’intégrité possible, un regard qui tend vers l’honnêteté. L’histoire est l’histoire. La vie continue d’être la vie. La peine et le poids resurgissent parfois à l’horizon, dans le détail d’un rêve, dans une sensation intestine, les menaces sont intérieures. La vie continue d’être la vie.

Chaque jour est une nouvelle zone à découvrir, un nouveau tracé sur ma cartographie personnelle. Mais je connais mon territoire. Et je sais comment faire pour faire le bon choix. Je sais ce que je dois écouter. Je l’ai appris grâce à Anna.

Témoignage 2015-2017 :

Voici 2 ans que je travaille avec Anna L. Pas facile de mettre en mots les pérégrinations d’une âme qui sans répit cherche à s’incarner avec tous les dépouillements que cela exige et toutes les maladresses que cela implique.

Pourquoi m’engager avec Anna sur ce chemin. J’allais bien après tout. Un jour d’été, ce qui jadis avait été un murmure entêtant, s’est transformé en hurlement déchirant le voile de mes pensées. Ce cri, venant du fond de mes entrailles a transpercé l’espace telle une lame acérée pour exprimer en une seule expire interminable la fin d’un monde, la fin d’une époque, la fin de tout ce que j’avais été jusqu’à présent. Les murs de ma prison intérieure s’étaient éboulés.

L’être suffocant de mille mensonges et du désir brûlant d’être soi s’exprimait sans concessions, sans masques, sans préambule. Les barrages avaient enfin cédé emportant dans leurs eaux tumultueuses tous les petits bonshommes gris manipulateurs. Je ne serai plus jamais la même. Quelques secondes avaient suffit pour muter. De mon ancien moi, il ne  restait que des ruines  sur lesquelles soufflait un vent nouveau.

Quand ceci est arrivé, je travaillais déjà depuis un certain temps avec Anna.

Pour moi les choses se passent de façon violente, fulgurante, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Le chemin peut aussi être lent et progressif et tout aussi efficace. Chacun chemine selon sa nature.

Ce formidable cri m’a vidée, m’a libérée. Une vie était révolue. Fini les rôles  qui me collaient insidieusement à la peau. J’avais muée tel un serpent. A partir de ce jour j’ai compris qu’il fallait agir autrement et que mes proches auraient à  s’aligner, car je ne pouvais plus revenir en arrière. Tout cela était définitivement terminé. J’étais à l’orée d’une nouvelle vie et ma joie était immense.

Ce qui s’est passé dans mes entretiens avec Anna L. c’est que durant des mois j’ai pu déposer les souvenirs de ma vie passée, l’histoire des mes parents et grands parents tels que je l’avais vécue. Pour ce faire, il fallait une relation bienveillante, une personne capable de comprendre et d’interpréter à la lumière des contes et des archétypes. J’avais besoin de replacer les tribulations de mon existence individuelle dans un cadre plus vaste qui est l’histoire universelle d’une humanité toujours en devenir.

Depuis longtemps, je ne souffrais plus de mon histoire personnelle, j’avais déjà pardonné, mais il me fallait un témoin. Il fallait dire à haute voix et il fallait une écoute, un témoin impartial. C’était indispensable pour trouver la paix intérieure, pour déposer les armes et traverser le gué qui me séparait de cette autre partie de moi-même qui m’attendait.

Il fallait quelqu’un qui me donne la main pour m’assurer que je parviendrais saine et sauve sur le rivage. Je pense intimement que sans une main tendue, il est difficile de sortir de la gangue de notre ignorance, celle qui fonde nos illusions, notre folie ou notre hystérie délirante. Elles sont la source de tant de malentendus qui semblent sournoisement justifier notre souffrance alors qu’en vérité nous sommes des êtres de lumière et d’amour.

Je suis le maillon d’une chaîne et pour rejoindre mon humanité, pour la réaliser et l’incarner pleinement, j’ai  eu besoin de donner la main. Anna m’a tendu la main et j’ai saisi l’occasion car je savais que je pouvais avoir confiance et que pour moi c’était une opportunité pour grandir.