Unesco – Observatoire de Paris

En 2005, a commencé une collaboration avec la société française de Physique. Celle-ci ayant entendu parler de mon travail sur les relations imaginaires entre les hommes et les astres, m’avait demandé de créer un spectacle pour l’Observatoire de Paris.

En effet, ce site magnifique souffrait d’un manque de fréquentation d’un public autre que celui de professeurs de mathématiques ou physique à la retraite.

Après m’être plongée dans l’histoire de ce lieu, j’ai découvert que le frère de Charles Perrault, l’auteur des célèbres Contes de la Mère d’Oye, Claude Perrault avait conçu les plans de l’Observatoire en 1667 ! C’était donc un joli retour à la pensée des Lumières que de faire lien entre science, conte et poésie au XXIe siècle.

C’est dans cet esprit que j’ai écrit un spectacle basé sur des mythes de création issus de tous les continents ainsi que sur des contes traditionnels évoquant les liens entre les hommes et les astres tels que l’amour, les naissances merveilleuses mais aussi quelques notions d’astrophysique.

Une carte du ciel sans dessus dessous a  été contée pour la première fois sous la forme de ballades contées dans les jardins de l’Observatoire de Paris pour les Journées du Patrimoine 2006.

L’aventure a continué puisque chaque année mes parcours contés rencontraient un succès grandissant auprès d’un public familial venant pour la première fois découvrir ce lieu de science par le biais d’un spectacle pour toutes les oreilles qui n’intimidait pas les littéraires ! En 2010, se sont 8000 curieux qui ont foulé le sol de l’Observatoire, d’autres animations les accueillaient bien entendu, et c’est avec un porte voix que j’ai du conter!

Ce sont plusieurs milliers de personnes qui ont entendu Une carte du ciel sens dessus dessous entre 2006 et 2010 à Paris, mais aussi en province durant l’Année Mondiale de l’Astronomie.

En 2009, l’Unesco souhaite célébrer l’Astronomie. “L’ Année Mondiale de l’ Astronomie 2009 (AMA09) sera une célébration globale de l’astronomie et de ses contributions à la société et à la culture, motivée par le 400ème anniversaire de la première utilisation de la lunette astronomique par Galilée”, déclare l’Unesco.

A ma grande joie, j’ai fait partie des quelques artistes sélectionnés pour cette célébration planétaire.

Cela m’a permis d’aller raconter Une carte du ciel sans dessus dessous dans des lieux inédits ! Que ce soit aux pieds des remparts de Carcassonne, au milieu d’œuvres d’artistes contemporains exprimant leur vision du Cosmos en Alsace, dans l’antique forum romain de Reims lors de la Journée du Soleil alliant science, slam et conte, à Annemasse en lien avec les bibliothèques et l’Observatoire de Genève, aux côtés de scientifiques de renommée internationale… plus de 5000 spectateurs en une année ont écouté ces histoires générées par le questionnement existentiel des hommes sur ce qu’ils avaient au-dessus de leur tête : le ciel, les astres, les étoiles, les planètes…

Cela a été une immense joie et privilège de raconter dans des lieux qui n’avaient pas pour habitude de diffuser des conteurs, et qui ont reconnu la pertinence de cet art aussi vieux que l’humanité !

De multiples écoles, bibliothèques et médiathèques ont programmé ce spectacle en lien avec des expositions à caractère scientifique, encore une fois le lien poésie et science a été retrouvé pour la plus grande joie des spectateurs de tous les âges.

Pour  en savoir plus sur Une carte du ciel sans dessus dessous.

On vient tous de quelque part !

Mais d’où ?

Ce ciel au-dessus de nos têtes a suscité bien des interrogations étoilées depuis les premiers crépuscules de l’humanité.

Version scientifique ou vision mythologique ? Depuis le début des temps l’homme a raconté la création du monde, l’origine des astres, étoiles et des constellations, sans oublier la naissance de son honorable personne.

Un parcours sur la queue d’une comète pour regarder tout cela d’en dessus- dessous sous l’éclairage de mythes amérindiens, sibériens, Inuits, grecs, de contes asiatiques – chinois, vietnamiens- , et européens…